Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 13:34
 
n° 51/501 du 18 avril 2016
 

Modèles presse

LAMBORGHINI 3500 GT Zagato de 1965

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Lamborghini, n° 38

Quelle alchimie que cette 3500 GT ! J’ai connu le crayon de Zagato plus inspiré. Ici il y a de la Ferrai 275 GTO pour l’allure générale. De la Maserati Mistral pour le profil. Je m’arrêterai là. Malgré tout, le rendu de l’original est correct sous cette livrée blanche ? Lignes et volumes se retrouvent facilement. L’ensemble jouit d’un bon niveau de finition. Avec une gravure bien visible. Son essuie-glace unique - c’était la mode à l’époque – et son petit rétroviseur latéral, tout deux rapportés et chromés. Ses optiques avant sous leur bulle. Sa grille de calandre bien dessinée et encadrée par des clignotants, rapportés et en plastique translucide. Ses jantes fils soignées mais dotées de pneus un poil trop épais à mon goût. Ses jolis feux arrière circulaires, surmontant les quatre petites sorties d’échappement. Sa vaste lunette arrière laissant voir le cache bagage aux rainures en diagonale. Original. Son mobilier intérieur entièrement noir, composé de deux sièges baquets. A noter que la planche de bord a des inserts bois avec ses cadrans. Son joli volant sport à trois branches et son pommeau de levier de vitesses marron. Le soubassement n’est pas détaillé.

 

VOLKSWAGEN Combi, cellule Westfalia SO42

Ixo/Hachette – collection Passion Camping-cars, n° t02

Liminaire : Maintenant que j’ai devant moi ce Combi aménagé je vais pouvoir en faire une description qui ne va certainement pas plaire à tout le monde. Tant pis…

En un premier temps j’avais envisagé de m’en procurer un second exemplaire afin d’en faire un modèle aux portières fermées. Or il s’avère qu’en raison de leur constitution cela ne sera pas possible. Dommage. Mais en faisant le tour du propriétaire j’ai découvert de nouveaux défauts en plus de ceux subodorés d’après les photos publiées sur le net.  Je commencerai donc par ces derniers. Et en premier,  par une double aberration. Si l’on retrouve assez facilement les lignes et volumes de ce célèbre Combi je ne comprends pas pourquoi le pavillon n’a pas était découpé en son centre, sous sa partie relevable ? De plus le couvercle relevable est trop grand. Il ne devrait que légèrement déborder de la cheminée toilée. Tel qu’il est aujourd’hui, il buterait sur la galerie s’il était fonctionnel. Bizarre non ?!? Les croisillons du système de relevage manquent de finesse. Passons aux autres découvertes. Je suis surpris par la présence de puits pour les essuie-glaces et les ancrages de la galerie. Ces derniers devraient s’appuyer sur la gouttière, non sur le pavillon. Il en va de même pour la peinture alu qui sépare le blanc du fraise. En effet, soit il n’y avait pas de jonc chromé séparant les deux coloris, soit celui-ci suivait la ligne de séparation sans sur épaisseur à l’avant des portières. Et dans ce cas, il était souvent partagé en son centre par un joint plastifié de couleur. La gravure avant des portières latérales semble avoir été oubliée. Je terminerai les critiques en signalant l’absence de détails au niveau des contreportes et des cloisons intérieures. Pour le reste, les optiques avant sont rapportées, en plastique translucides alors que les clignotants ne sont que métalliques et peints. Comme les blocs des feux arrière. Le mobilier intérieur est représenté simplement en volume. Le soubassement est détaillé au niveau de l’arrière.

 

AIRSTREAM Excella 280 turbo de 1981

Ixo/Hachette – Collection Passion camping-cars, n° t03

Très dépaysant et… très lourd en main, ce camping-car US sur base Chevrolet P-30. Quelle bonne idée de nous l’avoir proposé. Merci. Et quel morceau ! Si ses lignes, volumes et livrée métallisée sont facilement reconnaissables, un soin particulier semble avoir été apporté dans la reproduction de son mobilier intérieur. Si les optiques principales, les clignotants avant et les feux de pavillon extérieurs sont constitués de pièces rapportées, les autres éléments de signalisation lumineuse ne sont que gravés et peints. Y compris les feux arrière. Les essuie-glaces sont un peu grossiers. Par contre j’ai apprécié la flexibilité des deux tiges de gabarit placées aux extrémités du pare-chocs avant. Le dessin des voiles des roues est réaliste. Un petit regret, c’est la présence du marchepied en position sortie sur le côté droit, devant l’unique porte d’accès à bord ! L’armature du store latéral a l’air hyper robuste ! Le pavillon supporte deux climatiseurs et une antenne parabolique. A l’intérieur, le mobilier est bien visible. Derrière la planche de bord à l’imposante instrumentation derrière le volant, nous trouvons deux sièges passagers avec accoudoirs. Puis vient un coin repas avec petite table et deux sièges avec, en vis-à-vis, une banquette latérale. Suivent, la porte d’accès et le coin cuisine qui lui fait face.  Puis c’est au tour de la chambre ave deux lits en face à face. Pour terminer, la salle d’eau avec lavabo, WC chimique. Je n’ai pas vu le bac de douche, pourtant situé entre lesdits WC et la paroi côté droit. Le soubassement est détaillé. Une belle pièce comme j’aimerais en trouver souvent.

 

Suite des modèles trouvés en brocante

ALFA-ROMEO 147 GTA de 2003

Métro/Fabbri – collection Alfa-Roméo sport, n°  04

Bien que les voitures de compétition ne soient pas ma tasse de thé principale, une de temps à autre ne peut pas faire de mal. D’où cette 147 GTA dont les lignes et volumes sont correctement restitués. Je ne me prononcerai pas sur  la fidélité de sa décoration, faute de documents sur cette voiture. Les optiques avant ont été remplacées par des caches noirs. Les jantes alliages à battons laissent voir les disques de frein avec leurs étriers rouges. A l’inverse de l’avant, les feux arrière ont été conservés. Ils sont rapportés et correctement colorés. L’intérieur a été vidé du mobilier de série. Ne subsistent que la planche de bord et le volant. Un arceau-cage a été installé. Ainsi que le siège baquet enveloppant du pilote. Un extincteur est posé sur le plancher. Le soubassement est détaillé.

 

LADA 112

Ixo/DeAgostini – collection russe XXX…, n° ???

Dommage que je n’ai pu retrouver la vidéo d’une course poursuite filmée depuis la caméra embarquée dans une 112 de la police moscovite comme celle-ci. Le moteur émettait un bruit de crécelle et ne semblait pas permettre d’aller très vite.  Toujours est-il que l’on retrouve facilement les lignes banales et les volumes simples de l’original. Finition simple mais suffisante avec des optiques avant et des blocs de feux arrière rapportés et correctement colorés. Les essuie-glaces avant et arrière sont rapportés eux aussi. Les enjoliveurs des roues sont réalistes. Le mobilier intérieur est entièrement noir. Le soubassement n’est pas détaillé.

 

RAF 977

Ixo/DeAgostini – collection russe Taxis, n° 28

Encore un peu d’exotisme avec ce minicar à la présentation soignée. Lignes, volumes et livrées sont fidèles. Deux fins essuie-glaces antagonistes ont la charge d’assurer le balayage du pare-brise. Si les optiques avant sont rapportées, clignotants avant et feux arrière ne sont que gravés et peints. Les voiles des roues sont entièrement recouverts. Le mobilier intérieur est entièrement noir. Le soubassement est détaillé.

 
Par abonnement
 
 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Trebor Yles