Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 12:21
 
n° 30/475 du 13 avril 2015

page 1/2

 
Modèles presse

CITROËN U55 de 1954

Ixo/Altaya – collection des Camions d’autrefois, n° 128

 

Voici donc l’antépénultième modèle de cette collection devenue quasi interminable du fait de la reprise de nombreuses cabines et autres habillages. Mais aujourd’hui cela passe mieux vu le choix proposé. En effet, nous ne semblons pas nous lasser de nous voir proposer une cabine de U55, pourtant déjà vu à moult reprises depuis le début de cette collection. Faut dire qu’elle a une certaine personnalité et qu’elle a marqué son époque. J’émets le souhait que le dernier modèle puisse nous proposer la cabine Heuliez pour finir en beauté.

En attendant, nous retrouvons avec plaisir la livrée rouge et or de Vini-Prix déjà arborée par un Berliet GAK, mais avec un plateau couvert cette fois-ci.

 

FACEL-VEGA FV2 cabriolet de 1956

Ixo/Altaya – collection des Voitures françaises d’autrefois, n° 81

 

Où quand la VPC a précédé la collection presse. Car telle a été l’historique de la diffusion de ce cabriolet, d’abord proposé par Atlas dans le cadre de la collection par abonnement des Mythiques cabriolets dont il était le premier numéro (cf. le n° 431 de l’alors CH43 Mag, daté du 11 novembre 2013).

Nous retrouvons assez facilement les lignes et volumes de l’original. Tout comme pour le coupé, ce cabriolet manque de hauteur pour sa ligne de caisse. Ce manque de hauteur se répercute notamment sur l’avant où la calandre centrale parait écrasée et trop large. Aujourd’hui les quatre optiques ont abandonné leur vitrage orange pour un jaune encore trop soutenu pour être vraiment réaliste. Les essuie-glaces sont assez fins et placés sur un large pare-brise panoramique. Ce qui constitue la principale modification par rapport au cabriolet FV1. La représentation des roues fils reste très moyenne. Les monogrammes Facel Vaga sont bien présents à l’avant et à l’arrière où les sorties d’échappement traversent la lame du pare-chocs. Le profil est honnête malgré cela, tout comme l’arrière où un effort a été, cette fois-ci, consenti pour restituer la forme particulière des feux rouges. En effet, rappelons pour certains qu’il s’agissait d’une paroi verticale rouge placée dans le sens de la longueur de la voiture et qui était recouverte par le jonc de chrome. L’habitacle donne l’illusion d’un intérieur en cuir beige. Il y a une jolie représentation de la planche de bord. Leviers de vitesses et de frein à main sont chromés. Le soubassement est très sommairement détaillé.

 

LAMBORGHINI Diablo VT de 2000

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Lamborghini, n° 12

 

 

Tiens, du déjà vu il y a déjà assez longtemps, sous le n° 34 de la collection des Voitures de rêve et sous une livrée identique, quoique bien plus claire aujourd’hui. Mais aussi avec une finition légèrement en baisse. J’en voudrais pour preuve le traitement différent des optiques avant très sommaire avec leur encadrement noir. Et que penser de la disparition des ensembles veilleuse-clignotant purement et simplement remplacés par deux traits de peinture noire !!! Le dessin des jantes alliage est acceptable. Ce qui ne l’est pas, ce sont les disques de frein dépourvus de toute représentation de leurs étriers. La peinture est toujours aussi épaisse. Par contre, les feux arrière sont correctement colorés. Ce qui n’était pas tout à fait le cas lors de la collection des Voitures de rêve.  La double sortie d’échappement est « alu » alors que les monogrammes phototamponnés paraissent plus petits. Le capot moteur est bien ajouré mais ne laisse deviner aucune mécanique en-dessous. Le troisième feu stop est bien présent juste au-dessus de la petite lunette arrière. Le mobilier intérieur est entièrement noir. Avec juste le large croissant du tableau de bord, gris et affichant de nombreux cadrans. Le soubassement, de type à fond plat, est peu détaillé.

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Trebor Yles
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 12:11
n° 30/475 du 13 avril 2015

page 2/2

Modèles presse - par abonnement
 
 
 
 
Par Vente Par Correspondance (VPC)

CITROËN 2cv AZU

Eligor/Atlas – collection des Petits utilitaires, n° 01 par VPC

 

Et voici repris par Atlas le concept de la « Route bleue », proposé en son temps par le tandem Ixo/Altaya. Soit : nous proposer sur un socle une voiture et un (ou quelques) personnage(s). Le tout dans un décor photographique. Mais le prix n’est plus du tout le même, puisqu’aujourd’hui celui-ci, en régime de croisière, sera de 29.80 €, port inclus. Et pour quoi ? Des reprises de modèles déjà vus dans d’autres collections ou des assemblages d’accessoires connus. Exemple de la Méhari du marchand de glaces dont le kiosque de vente provient d’une 2cv pick-up. Alors cela sera, une fois de plus, sans moi. Je me contenterai de cette fourgonnette, bien connue des collectionneurs et fort honorablement réalisée. Elle est toujours dotée de ses deux portières arrière fonctionnelles.

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Trebor Yles
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 06:47
Il semblerait que du côté d'Hachette les derniers préparatifs soient en cours pour proposer aux adeptes de l'assemblage un joli cabriolet Traction Avant au 1/18ème pour dans quelques mois.
 
 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Trebor Yles
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 09:42
 
n° 29/474 du 30 mars 2015

page 1/2

Modèles presse

LAMBORGHINI Seato Elemento de 2010

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Lamborghini, n° 11

 

A quand les « vraies » Lamborghini ? Celles d’avant l’arrivée du groupe Volkswagen… Par exemple, j’attends avec impatience la Marzal pour la comparer à la Mebetoys aux portières relevables sans vitrages.

 En attendant, voici encore un modèle futuriste qui ne fut qu’un laboratoire roulant. Tout en carbone. D’où son nom de « sixième élément » (cf. le tableau de Mendeleïev des composants chimiques ». rien à voir avec le film de Luc Besson… Quoique ! Vu ses formes ! Lesquelles sont fidèlement restituées sous cette livrée très sombre et peu photogénique. Le dessin des jantes est très soigné. Il permet de découvrir les disques de frein aux étriers rouges. L’arrière est très tourmenté avec tous ses appendices aérodynamiques très acérés. Le capot moteur arrière est perforé et laisse deviner le dessus de la mécanique qu’il renferme. L’habitacle est insolite avec sa planche de bord « suspendue » ou « flottante » et ses deux sièges baquets bicolores. Le soubassement est quasiment non détaillé.

 

SAVIEM JL21 de 1972

Ixo/Altaya – collection des Camions d’autrefois, n° 127

 

Il est vraiment temps que cette collection prenne fin et que l’on puisse passer à autre chose, car là, cela sent l’économie à plein  nez avec cette reprise d’une cabine et d’un plateau déjà connu, et surtout, fourni non bâché. (cf. le n° 78 de cette même collection, aux couleurs des huiles Igol – n° 399, de l’alors CH43, daté du 01 avril 2013). L’ensemble reste cependant plaisant à regarder et bénéficie d’une bonne finition. Avec notamment une très belle grille de calandre avec ses deux barres horizontales chromées. Calandre surmontée du monogramme Saviem et encadrée par quatre grandes optiques circulaires serties de chrome mais pourvues d’ampoules jaunes cette fois-ci. A noter que le dessin des flasques des jantes avant est original. Par contre, et comme écrit plus avant, il n’y a pas de bâche recouvrant le plateau. L’intérieur de la cabine est fort détaillé avec, en plus du mobilier traditionnel : sièges et coffrage du moteur, un tableau de bord détaillé et la présence des trois sorties d’air placées à la base du pare-brise. Le châssis est classique mais est – une fois encore – dépourvu de roue de secours.

 
Par abonnement

 

AEC Regent III RT de 1939

Ixo/Hachette – collection des Autobus & autocars du monde, n° 05

 

Tout simplement bluffant de par son poids et la qualité de sa gravure. Bravo. Je laisserai le soin aux spécialistes de ses autobus et autocars d’en faire la critique. J’espère que les suivants seront de la même veine.

 

CHAUSSON APH de 1950

Ixo/Hachette – collection des autobus et autocars du monde, n° 07

 

Qu’il est beau comme un camion autocar ! Cet APH qui me rappelle des souvenirs d’enfance. J’en voyais un qui le soir, s’engouffrait à reculons dans une remise où il passait la nuit jusqu’au lendemain pour reprendre son service pour les Courriers du Midi. Mais celui-là était vert foncé et crème et immatriculé dans l’Aude bien que cela se passait à Olonzac (Hérault). Mais revenons à cette très belle réduction signée Ixo qui nous restitue très bien les lignes et volumes de cet autocar capable de transporter 45 passagers assis, dont 4 dos à la route et 2 sur des sièges à l’assise rehaussée. Au niveau des passages de roues. Sa gravure extérieure est soignée et en relief – comme il faut. Notez les essuie-glaces gravés à même les deux éléments du pare-brise, pour plus de réalisme. Ainsi que la présence d’une pièce en V fixée sous l’avant de l’autocar pour permettre son remorquage éventuel. Par contre, la partie rapportée du fameux « nez de cochon » n’est pas forcément bien alignée et peut demander un léger redressement. Je trouve que la sortie d’échappement est vraiment riquiqui. Le toit supporte une vaste galerie dont la structure est assez fine pour être réaliste et comporte une échelle dont la partie inférieure est repliée. A noter également que les parois intérieures ne sont pas détaillées. C’est dommageable devant la qualité du traitement extérieur. D’autant que le coffrage du moteur est bien représenté, tout comme le poste de conduite, même si le cadran central n’est que dessiné. Les sièges sont vert olive. Une très belle pièce qui rappellera certainement des souvenirs à nombre de passionnés.

 

PEGASO Z-403 Monocasco de 1951

Ixo/Hachette – collection des Autobus & autocars du monde, n° 06

 

Premier numéro de cette même collection diffusée en Espagne, cet autocar a bénéficié d’un traitement intérieur particulier. Outre un mobilier bicolore : marron pour les sièges, caramel pour le reste (plancher et planche de bord). A cela, il convient de signaler la représentation (inédite pour l’instant) des porte-bagages latéraux, placés au-dessus des rangées des sièges.

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Trebor Yles
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 14:56
 
n° 24/474 du 30 mars 2015

page 2/2

Modèles boutiques

BRASINCA 4200GT Uirapuru de 1965

Ixo pour WhiteBox – réf. WB102

 

La BRASINCA 4200GT Uirapuru fut produite au Brésil de 1964 à 1966. Seulement à 76 exemplaires à cause de coups de productions élevés. Elle était mue par un moteur Chevrolet V6 de 4.271 cm3. Elle serait à l’origine du design de la Jensen Interceptor. La preuve en images ? Ici.

Quant à la miniature, cette 4200GT est issue du moule du  n° 42 de la collection brésilienne Carros Inesquecíveis do Brasil. Et, contrairement à ce que l’on pourrait croire à première vue, cette réduction  n’est pas trop large. Elle reflète bien les lignes et volumes de l’original. Qui était très large et bas. Outre ses volumes assez mal proportionnés, ce modèle possède des portières débordant sur le pavillon. Pour faciliter l’accès à bord. Donc, lignes et volumes sont bien restitués. Ils bénéficient d’une gravure assez fine sur tout le pourtour de la carrosserie mais assez floue quant aux découpes du haut des portières sur le pavillon. Les vitrages sont représentés avec des entourages chromés peints alu. Essuie-glaces et rétroviseur extérieur à coque obus, sont rapportés et chromés. Le capot moteur arbore un large bossage avec grille à sa prise d’air. La calandre chromée est encadrée par deux optiques circulaires. Elles mêmes encadrées par des ensembles veilleuse-clignotant rapportés et colorés, débordant sur les flancs. Le dessin des roues est peu mi en valeur par la pièce chromée qui les représente. Le monogramme Brasinca est phototamponné sur chacune des ailes avant, alors que celui 4200GT l’est sur les panneaux de custode. Pour sa part, l’écusson de la marque trône à la proue et sur la proue de cette voiture. Les blocs des feux arrière sont rapportés et correctement colorés. Les deux sorties d’échappement sont chromées.  Les grandes surfaces vitrées permettent de voir le mobilier intérieur, composé de deux sièges, tout en noir. Pourtant l’ensemble est bien détaillé, notamment au niveau de la planche de bord et de la console centrale où moult cadrans sont affichés. Le soubassement est détaillé.

 

 

Les plus :

_ modèle original peu connu

_ fidélité des lignes

 

Les moins :

_ traitement simpliste des roues

_ finition trop proche de celle d’un modèle presse

 

FIAT Linea de 2007

Norev – réf. 770400

 

L’original n’est autre qu’une Fiat Grande Punto à laquelle a été greffé un coffre pour en faire une berline trois volumes. Elle fut produite tout d’abord en Turquie (usine Tofas), puis au Brésil et en Inde. Les lignes, volumes et coloris sont au rendez-vous. L’ensemble est plaisant à regarder même si, selon les standards d’aujourd’hui, cette reproduction est « anonyme ». en ce sens qu’elle pourrait être signée par un autre réducteur. Les blocs optiques avant et ceux des feux arrière sont rapportés, en plastique et correctement colorés. Le dessin des roues est soigné. IL y a même le monogramme fiat inscrit en leur centre, à l’intérieur d’un petit disque rouge. La sortie d’échappement est bien creusée. Le mobilier intérieur a fait l’objet d’un soin particulier. Avec une belle gravure et une présentation bicolore. Noire pour la planche de bord, le plancher et les entourages des contreportes. Taupe pour les sièges et l’habillage intérieur desdites contreportes. Le soubassement est détaillé.

 

Les plus :

_  monogramme arrière photodécoupé et chromé

_ intérieur coloré taupe et planche de bord très détaillée

 

Les moins :

_ absence de représentation des disques de freins

_ mauvais ajustement du pare-brise laissant des « jours »avec les montants

 

FIAT Uno Way de 2015

Norev – réf. 772961

 

Cette version de la Uno est un produit purement brésilien. Cette Uno way est plaisante à regarder de loin et de trois quarts avant avec sa roue avant gauche (ou droite, selon du côté que l’on se place) orientée. Mais cela n’est possible que grâce à un retour en arrière en matière de représentation des trains roulants. En effet et c’est le troisième modèle de ce réducteur sur lequel je constate ce retour, après la Twingo III et le Trafic de 2014. Je veux parler de la reproduction des roues d’un seul tenant, en plastique. Et fixée sur un axe trop fin. Ce qui fait que les roues « nagent » autour de ceux-ci, prenant ainsi un carénage positif ou négatif fort déplaisant. De plus, la bande de roulement des pneus n’est plus sculptée, mais lisse et laisse voir la jointure des deux composants de chaque roue.  Si cela peut être considéré comme acceptable pour les modèles vendus autour de 15 € en concession (chez Renault), cela est inadmissible pour un modèle vendu plus de 35 € en boutique traditionnelle.

Ceci écrit, l’ensemble reste malgré tout séduisant grâce à une bonne restitution des lignes, volumes et coloris de l’original. Notamment pour les zones représentant les éléments plastiques lui donnant son allure de baroudeuse.  Les blocs optiques avant sont cependant assez simplistes. Par centre, les blocs verticaux des feux arrière paraissent plus travaillés et réalistes. Tout comme le dessin des jantes avec monogramme Fiat en leur centre et celui de Way gravé sur la cinquième branche. Way gravé aussi dans la protection des portières arrière. Le mobilier intérieur a bénéficié d’une belle représentation avec des sièges et contreportes noir et gris. Le tableau de bord est coloré. Le soubassement est détaillé.

 

Les plus :

_ modèle « exotique »

_ intérieur soigné

 

 

Les moins :

_ retour aux « roues boutons » aux pneus lisses ; inadmissible pour ce prix !!!

_ cloques de peinture sur le panneau du hayon arrière

 

OPEL BEDFORD Blitz de 1975

Ixo – réf. CLC266

 

Dérivé du n° 78 de la collection allemande dédiée à Opel, ce Bedford Blitz séduit l’œil par ses volumes ramassé et sa livrée bicolore. Bien que sa finition reste assez proche de celle d’un modèle presse, il possède de fins essuie-glaces en plastique noir. Alors que ses rétroviseurs latéraux sont chromés. L’écusson à l’éclair Opel placé au-dessus de la calandre est chromé et photodécoupé. Par contre, le monogramme Bedford Blitz n’est que phototamponné, tant à l’avant qu’à l’arrière.  Le traitement bicolore de la calandre est de bon aloi. Les clignotants avant sont rapportés, en plastique orange. Les roues, très simples, sont réalistes. Dommage que les feux arrière soient simplement colorés. Le mobilier intérieur est bleu avec une planche de bord noire. Les cadrans du tableau de bord sont présents.  Le soubassement est un peu détaillé.

 

Les plus :

_ ???

 

Les moins :

_ le traitement simplifié des feux arrière

 

RENAULT Twingo III de 2014

Norev – boitage Renault réf. 77 11 578 127

 

Quel retour en arrière cette nouvelle Twingo. Je parle ici de celle à l’échelle 1. Je crois qu’après les Twingo I et II, je me tournerai vers une Peugeot 108 ou une Citroën C, pour garder un moteur à l’avant.

Je voulais poursuivre la saga de la Twingo en me procurant la réplique de son dernier opus chez le concessionnaire Renault. Ben… Comment dire pour rester poli ? D’accord, je ne l’ai payée que 13 €. Mais j’aurais aimé la payer un peu plus cher et retrouver le niveau de finition auquel Norev m’avait habitué jusqu’à présent. Notamment dans la déclinaison des différentes Laguna. Pour ne citer qu’elles. Aujourd’hui, j’ai un jouet devant moi. Malgré des lignes, volumes et coloris, respectant ceux de l’original, j’ai du mal à voir en ce modèle une « vraie » miniature. La cause ? D’abord une reproduction des optiques centrales par de simples cercles alu. Que l’on retrouve d’ailleurs pour les optiques inférieures. Puis des rétroviseurs extérieurs mastocs et dépourvus de toute représentation de leur miroir. Enfin des roues pleines et aux pneus lisses. Non seulement dépourvus de toute représentation de leurs nervures mais laissant voir la soudure des flasques, comme au bon vieux temps. Quel recul de qualité perçue. L’arrière est sauvé avec ses feux bien colorés, sa lunette équipée d’un essuie-glace et du troisième feu stop – non peint en rouge ! Lunette surmontée d’un petit béquet. Le mobilier intérieur, entièrement noir, est peu visible. Le soubassement est détaillé malgré tout.

 

Les plus :

_ ???

_ le prix (13 € en concession Renault)

 

Les moins :

_ retour aux « roues boutons » aux pneus lisses 

_ absence de « miroir » sur les rétroviseurs extérieurs

 

RENAULT Trafic de 2014

Norev – boitage Renault réf. 77 11 578 129

 

Tout comme pour la Twingo III, je suis déçu  par l’aspect jouet de cette réduction. Norev décline à vouloir réduire les coûts à ce point : soubassement sans le moindre détail et des roues pleines et lisses !!! Attention dérive qualité.  Pour le reste, le respect des lignes et volumes est toujours présent. Si c’est l’essentiel, cela ne suffit pas pour satisfaire le collectionneur. D’autant que le traitement des blocs optiques donne un résultat assez banal. Pour ne pas écrire décevant. C’est vrai qu’ils sont de plus en plus complexes. Le dessin tourmenté de la « grille » de calandre est fidèle. Tout comme celui des roues. Si les blocs principaux des feux arrière sont rapportés, en plastique correctement coloré, les autres ne sont que peints, tout comme le troisième feu stop. Les monogrammes sont phototamponnés. A l’intérieur, le mobilier est entièrement noir, sans représentation des cadrans du tableau de bord. L’habitacle est séparée de la partie fourgon par une cloison intérieure. Le soubassement n’est pas du tout détaillé.

 

 

Les plus :

_ ???

 

Les moins :

_ retour aux « roues boutons » aux pneus lisses 

_ absence de « miroir » sur les rétroviseurs extérieurs

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Trebor Yles
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 09:18
n° 28/473
n° 28/473 du 16 mars 2015
 
Lorsque lundi soir je suis rentré d’un séjour dans le bordelais, je ne savais pas avec quoi j’allais alimenter ce nouveau numéro de QUINZO43. Alors qu’en ce samedi matin je croule sous les modèles à présenter. La cause ? Un passage chez Miniatures à Lyon pour acheter quelques modèles boutiques à prix encore acceptables. Au final, en moyenne moins de 30 € l’unité. Deux arrivages d’abonnements et un colis spécial. Je vais donc tacher d’étaler cela sur plusieurs numéros. Et pour commencer je vais vous présenter de l’inédit, dès ce numéro 28/473. Puis je passerai aux modèles presse sortis en mars. Suivront les arrivages par abonnements et je terminerai par les modèles boutiques.
Modèles presse
 

BERLIET GLB Bétaillère de 1955

Ixo/Altaya – collection des Camions d’autrefois, n° 126

Après le n° 15 aux couleurs des haras nationaux, voici une nouvelle utilisation du moule du Berliet GLB, associé à une partie fourgon bétaillère. Déjà vue elle aussi. L’ensemble n’en demeure pas moins agréable à regarder malgré l’aspect « déjà vu ». C’est vrai aussi que pour les possesseurs de « deux mains gauches » cela permet d’avoir des variations sans avoir à assurer les transformations que d’autres réalisent en virtuoses. Pour le reste, nous retrouvons des roues artillerie à l’avant. Une bonne gravure pour la cabine et la bétaillère. Le mobilier est identique à celui des versions précédentes. Savoir deux petits sièges marron. Le châssis est classique.
 

LAMBORGHINI Aventador LP720-4 50° Anniversaire de 2013

IXO (*)/ Hachette/AutoPlus – collection Lamborghini, n° 10

 

Où sont passées les courbes harmonieuses des Lamborghini d’antan ? Depuis sa reprise par le groupe Volkswagen celles-ci ont laissé, petit à petit, la place à des lignes taillées à la serpe. D’où un look étrange que l’on aime… ou pas ! Toujours est-il que le passage d’une Lamborghini attire toujours le regard. Mais revenons à notre Avantador. Celle-ci restitue de belle manière les lignes, volumes et coloris de l’original. Et question coloris, je me dois de signaler la différence de teintes entre le carénage des entrées d’air latérales, devant les roues arrière et le reste de la carrosserie.  Il est vrai que ledit carénage semble être solidaire du soubassement. C'est-à-dire en plastique. Alors que la carrosserie est métallique. Le dessin des blocs optique avant est acceptable. Notez la présence de très belles jantes carbone laissant voir de grands disques de frein aérés et dotés d’étriers noirs. Revenons sur le soubassement à fond plat car cette pièce en plastique intègre le spolier avant et tout le panneau arrière ainsi que les sorties d’échappement et l’extracteur d’air. La lunette arrière permet de voir une reproduction 3D du moteur. Le mobilier intérieur, jaune et noir, et très détaillé. Mais peu visible. Dommage que la représentation des vitrages côté droit ne comporte aucune trace du partage de ceux-ci.

 

(*) En réalité, le réducteur de ce modèle est Leo Models.

Pour voir une autre Aventador dont le prix est au moins douze fois celui de celle-ci.
 

BONUS

Voici en avant première des modèles qui paraitront dans les semaines à venir.

 

RENAULT Galion benne Rousseau

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection des Véhicules du Garage moderne, n° ???

 

Encore un petit bijou pour cette collection avec cette benne Rousseau totalement inédite. Benne qui m’a tout de suite fait penser aux bennes à ordures d’avant les systèmes automatisés. Benne qui est relevable mais dont le panneau arrière est fixe ! Un beau modèle à venir.
 

Un nouveau moule a été créé pour cette AZU. Regardez la position inhabituelle des clignotants latéraux, placés sous la ligne de caisse.  Et non tout en haut ! Dommage qu’il y ait un puits de fixation qui traverse l’habitacle à l’arrière !

Dommage qu’il y ait un puits de fixation qui traverse l’habitacle à l’arrière !
 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Trebor Yles
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 15:57
n° 27/472
n° 27/472 du 02 mars 2015
Modèles presse

LAMBORGHINI Estoque de 2008

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Lamborghini, n° 09

Impressionnant de volume ce concept-car Estoque présenté lors du Mondial de l’automobile (Paris) de 2008.Pensez donc, plus de 5 m de longueur pour 2 m de largeur et à peine 1.35 m de hauteur. C’est vrai que pour vivre heureux il faudrait vivre couché. Mais conduire ? Mais il y a un détail qui cloche, même regardé de loin. C’est le vide « sidéral » qui existe autour des roues. De trop petit diamètre pour être tout à fait réalistes. Elles paraissent flotter à l’intérieur des passages de roues. Au lieu de les remplir au maximum. Pour le reste le respect des lignes et volumes, taillés à la serpe, est là. Le dessin des jantes alliage est fidèle malgré leur diamètre trop petit. Les disques de frein sont ajourés et dotés de leur étrier. Les feux arrière sont bien dessinés et encadre le monogramme Lamborghini gravé. Le large troisième feu stop s’étale au sommet de la lunette arrière. Et l’on peut admirer la belle représentation de la double sortie d’échappement trapézoïdale. Le mobilier intérieur est blanc et noir. Avec une planche de bord grise. A noter que le volant est vraiment placé très bas puisqu’il touche l’assise du siège conducteur ! Le soubassement à fond plat est un peu détaillé.

PANHARD Movic de 1952

Ixo/Altaya – collection des Camions d’autrefois, n° 125

Et un revenant de plus avec ce Movic déjà vu, en version bâché, sous le n° 19 de cette même collection, aux couleurs des transports Cordier. D’autant qu’il nous fut aussi proposé en n° HS05 de la collection des Véhicules du Garage moderne, (cf. les n° de l’alors CH43, 257, daté du 12 juillet 2010 et 443, daté du 03 février 2014)) Sa livrée rouge et brun, aux couleurs du transporteur André Bonifay,contribue toujours à la séduction de ce modèle dont la gravure de la cabine est réussie. La qualité de la finition est toujours présente malgré quelques interprétations comme les puits des flèches directionnelles… en relief et la présence de clignotants rapportés au pied des portières. Pourtant le soin du détail existe avec la présence des plaques marquées Panhard au-dessus de la calandre et sur lesdites portières. Les roues sont d’un dessin particulier alors qu’à l’arrière les feux surplombent les plaques réglementaires. La cabine ne propose que deux sièges bordeaux et un tableau de bord réduit à un minuscule cadrant devant le volant. Le châssis est standard.

 
 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Trebor Yles
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 09:12
Comme à chaque fois que la plateforme d’OverBlog évolue, je me trouve face à des difficultés de mise en ligne des numéros de CH43. Notamment devant l’impossibilité pour moi de trouver comment mettre en ligne les nouvelles photos ou comment utiliser celles déjà téléchargées. Faute à un tutoriel digne de ce nom. Ceci m’oblige à chercher une solution palliative, comme celle consistant à me replier sur le blog de mes Simca. En effet celui-ci est le seul encore utilisable conservé sur l’ancienne plateforme. Jusqu’à quand ? L’avenir nous le dira. J’espère que d’ici là j’aurais trouvé une solution pour revenir ici. http://le-blog-a-simca.over-blog.com/

 

Partager cet article
Repost0
Published by Trebor Yles
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 15:21
2015 CH43 Quinzo43 CH
 
 
 
BONUS 
 Spécial 2cv CITROËN
 

CITROËN 2cv 4x4 bimoteur

Ixo/Hachette /AutoPlus – collection des 2cv CITROËN, n° 85

 

Encore une 2cv très soignée signée Ixo. Je pense que les amateurs de 2cv ont vraiment gagné en qualité avec ce changement de réducteur. Lignes, volumes et coloris  sont très réalistes et bénéficient d’un moule particulier doté d’une belle gravure et une bonne finesse des pièces rapportées. Toutefois je reste encore perplexe devant la forme de la grille de calandre dont les « oreilles » remontent trop sur les côtés. Si les essuie-glaces chromés, et les clignotants latéraux rapportés en plastique rouge, les feux arrière ne sont que gravés et peints en rouge, et les bouchons de remplissage du réservoir, découpés dans les portières avant, sont gravés dans celles-ci. Ici le couvercle du coffre (abritant le second moteur, placé à l’arrière, fait partie intégrante du reste de la carrosserie. Le mobilier intérieur, se limite à deux sièges avant au revêtement vert. La banquette arrière est remplacée par le coffrage du second moteur. D’où la roue de secours placée sur le capot avant. A noter les ouïes d’aération sur les panneaux de custode et la découpe originale des ailes arrière. Le soubassement est détaillé mais ne comporte aucune ligne d’échappement ! 
5086GQ Citroen 2cv 4x4
5086GR Citroen 2cv 4x4 

CITROËN « 3cv Argentina » de 1960

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection des 2cv CITROËN, n° 88

 

Je n’avais pas encore eu l’occasion d’observer le nouveau moule d’Ixo consacré à la 2cv. Je dois reconnaître que c’était un tort car je le trouve réaliste même si je pense que la vitre de custode est un petit poil trop généreuse. Mais ce n’est que mon avis personnel. Pour le reste je le préfère au moule d’Eligor. D’autant que le fait d’avoir son capot moteur et son couvercle de coffre rapportés ajoute au réalisme de l’ensemble. Ce, grâce aux joints visibles. Cette astuce doit permettre de produire des modèles à capots moteur différents et des modèles à coffre bec de canard ou entièrement bâchés. Le résultat n’en demeure pas moins très soigné avec une très belle et fine gravure. J’ai daté ce modèle du millésime 1960 pour son absence de clignotants à l’avant, la présence de feux arrière de première génération et celle de clignotants latéraux placés juste au-dessus des ailes arrière. A noter qu’Ixo a poussé le vice jusqu’à représenter la rondelle de caoutchouc placée en haut des portières avant et censée éviter la chute de la demie-vitre sur le coude du conducteur ou du passager avant. Et il a poursuivi son effort en plaçant une roue de secours dans le plancher du coffre. Il me semble bien que c’est le seul réducteur à faire ainsi depuis le début. Les pare-chocs avant et arrière sont propres à ce modèle, tout comme le dispositif d’éclairage de l’immatriculation arrière. Clignotants et feux arrière sont rapportés, en plastique rouge. Pour leur part, les essuie-glaces et le bouchon du réservoir sont chromés. Le mobilier intérieur est entièrement noir et composé de deux larges banquettes. Le soubassement est détaillé. Dommage que les roues arrière aient leur jante abimée. 
5088GR Citroen 3cv Argentin 

CITROËN 2cv britannique

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection des 2cv CITROËN, n° 89

 

Qu'elle est mimi cette 2cv britannique dans cette livrée crème à capote bordeaux ! Avec son motif de calandre à la gloire de la « traction motrice ». Encore une réussite de la part du nouveau moule d’Ixo. Toutefois je reste perplexe devant la forme de la grille de calandre dont les « oreilles » remontent trop sur les côtés. Est-ce un vestige du premier moule de la 2cv ? Belle gravure et ses détails personnels comme les boitiers des flèches directionnelles – ancêtres des clignotants -  devant les portières suicides. Ou encore la présence d’une demie-vitre relevable aussi sur les portières arrière, avec représentation de la rondelle de caoutchouc placée en haut des quatre portières. N’oublions pas la forme particulière de la lunette arrière, le couvercle plat du coffre et le système d’éclairage rectangulaire et horizontal de l’immatriculation. Les feux arrière sont métalliques, les essuie-glaces chromés et le bouchon du réservoir alu. Outre le poste de conduite placé à droite, le mobilier, constitué par deux banquettes, est bordeaux. Il y a aussi une roue de secours placée dans le plancher du coffre. Le soubassement est détaillé. Dommage que les roues arrière aient leur jante abimée. 
5087GR Citroen 2cv britanni 

CITROËN Acadiane Acaspot

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection des 2cv CITROËN, n° 90

 

Même si cette Acadiane en jette dans cette livrée orange et blanc, il ne faut pas oublier que ses volumes sont malgré tout approximatifs. Je crois que les photos ci-dessus parlent d’elles-mêmes. D’autant qu’elles proviennent du n° 101 de l’alors Collec’Hebdo 43, daté du 16 juillet 2007. Et que depuis, c’est le même moule qui est réutilisé. 
5089GR Citroen Acadiane aca 
 
Partager cet article
Repost0
Published by Trebor Yles - dans Modèles presses diverses
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 15:16
2015 CH43 Quinzo43 CH
 
 
 
 Spécial Brésil
 

Aujourd’hui, je me trouve en possession de deux modèles destinés au marché sud américain. Modèles qui font regretter, une fois de plus, qu’une collection de voitures américaines ne nous soit pas proposée. Mais si cela venait à être, point de reprise de modèles déjà vus dans nos collections genre taxis ou polices du monde. Non rien que de l’inédit. Merci d’avance.

 

 

CHEVROLET Marta Rocha de 1956

Ixo/Salvat – collection Chevrolet (Brésil), n° ??

 

Je n’ai jamais compris pourquoi la surface de chargement de ce type de pick-up était aussi petite, quel que soit le constructeur ? Toujours est-il que ce Marta Rocha brésilien, immatriculé dans l’Etat de Londrina est des plus seyants avec sa livrée verte et blanche. Ce, d’autant que ses lignes et volumes sont fidèles. Toutefois sa gravure reste assez discrète. A noter que seul l’ensemble avant est en métal et que la benne et le soubassement sont en plastique. L’imposante grille de calandre est encadrée par deux optiques rapportées coiffées de belles visières. Les roues ont un dessin des plus simples, correspondant au vrai. Les pneus sont à flanc blanc. Une petite erreur toutefois dans le placement des cartouches 3100 Chevrolet qui devraient se trouver sous le pli de tôle des ailes avant, non au-dessus. Les feux arrière sont métalliques et peints. Le mobilier intérieur est bien détaillé mais est entièrement noir. Le tableau de bord est vierge de toute représentation de son instrumentation. Le soubassement est peu détaillé.

 

Voir le vrai 

5094GR Chevrolet Marta Roch
 

CHEVROLET Chevette II SL de 1979

Ixo/Salvat – collection Chevrolet (Brésil), n° ??

 

Existe aussi dans une livrée bleue sous le n° 14 de la collection Carros Inesquecíveis do Brasil, mais avec une calandre d’un seul tenant (Chevette I).

 

Cette cousine américaine de l’Opel Kadett propose des lignes, volumes et coloris fort soignés. L’ensemble bénéficie d’une gravure fine et très visible. Les rares pièces rapportées sont fines, elles aussi. Les entourages de la double calandre et des encadrements carrés des optiques sont peints alu. L’immatriculation concerne Rio de Janeiro. Le dessin des roues est réaliste mais les pneus sont trop larges. Les feux arrière sont rapportés, en plastique rouge et encadrés alu. Les monogrammes sont peints eux aussi, à l’avant et à l’arrière. Le mobilier intérieur est bien détaillé mais est entièrement noir. Le tableau de bord est vierge de toute représentation de son instrumentation. Le soubassement est très peu détaillé.

 

Voir la vraie 

5093GR Chevrolet Chevette j 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
Published by Trebor Yles - dans Presses étrangères